Livres de Christiane

Chronique d’un accident ordinaire – Un Service des Urgences au service de la personne ? (réalisé par TheBookEdition) (2011, 246 p., 12, 50€) *

chroniqueaccident-1.png

Victime d’un banal accident de la circulation, l’auteur découvre le « Service des Urgences » médicales, puis les suites juridiques de l’accident : deux univers inconnus d’elle jusqu’ici et régis par des codes bien établis. Elle se livre à un travail d’analyse et de recherche de sens face à cet inattendu venu perturber sa vie. Les soignants des "Urgences", pris dans le réseau de leur institution, parviennent-ils à sauvegarder l’humain, qui est pourtant, et par définition, le centre de leurs préoccupations ? Enfin, l’auteur s’autorise à rêver : que pourrait être un service des Urgences idéal : lieu de vie dont le cœur  serait l’humain dans toutes ses dimensions? Et qu’est-ce qu’un accident peut nous révéler de nous-mêmes ?
Pour mettre en appétit (extrait du livre) :
« Cela a commencé par un bruit, quelque chose comme un ruban de sifflement soyeux, un bruissement tourbillonnant qui courait dans mon dos à grande vitesse. Cela fonçait sur moi comme un oiseau de proie. Et puis, ce fut le choc. L’agression. La sensation d’être «raptée », emportée, violemment entraînée, contre mon gré, par la gauche. J’ai crié : «Oh ! Non ! Non ! Non ! », tandis que ma droite résistait, main cramponnée à la laisse qui me reliait à Câline. Mais la laisse a glissé, filant entre mes doigts, et mon corps est tombé, de tout son poids. Douleur de ma jambe et de ma hanche gauche heurtant  violemment le sol. Réflexe de tout mon bras gauche tentant d’amortir la chute, mais le choc de ma tête rebondissant par deux fois sur le bitume, m’a arraché un nouveau cri : « Non ! Non!»


* Le livre est disponible sur le catalogue de TheBookEdition, Il peut être commandé directement auprès de Christiane Barlow.

Christiane Barlow, L'enfant en elle désirait un chien réalisé par TheBookEdition, 2010 (118 p., 12€)*

Ce livre est une sorte de parabole. À travers les péripéties de l’adoption, de l’éducation et du compagnonnage d’un chien, la narratrice découvre et réveille en elle «l’Enfant» : non pas la partie infantile et immature qui demeure en chacun de nous à l’âge adulte ; mais cette force de vie qui constitue la racine même de l’Être, dans toute sa dimension humaine, spirituelle et même sacrée.

Pour mettre en appétit (extrait du livre) :

(La narratrice vient d’acheter le chiot au « Marché aux chiens » de sa ville.) « Elle se pencha sur l’animal et susurra à son oreille : «Tu seras Loustic ! Mon petit chien ! Ça te plaît, Loustic ? Je trouve que ça te va très bien. » Sur le chemin du retour, L’Enfant en elle dansait de joie. Elle venait d’accoucher de son désir. Le fruit en était là, vivant, tout chaud, pelotonné entre ses bras. Elle lui parlait discrètement, tout bas. Les passants qui la croisaient se retournaient sur son passage, intrigués par cette tendresse dans ses yeux, par le sourire lumineux qui rayonnait de son visage. Tout entière absorbée à contempler le chiot et à le protéger des cahots de la marche, elle ne remarquait pas les regards des curieux. La plupart d’entre eux, pourtant, souriaient aussi, à leur insu, heureux, comme irradiés par l’intensité du bonheur auquel la rencontre les avait conviés malgré eux. »

Le livre est disponible sur le catalogue de TheBookEdition, Il peut être commandé directement auprès de Christiane Barlow.

Christiane Barlow, L'anorexie, cri d'une faim inassouvie (Éditions Olivétan, Lyon, 2009, 256 p., 19€) (disponible en librairie)

Voici l’histoire d’Élodie. À travers les cris de sa souffrance et ses tourments, c’est le chant de son désir qui ne cesse de se faire entendre : privée d’une parole vraie susceptible de nourrir son cœur et son âme, elle ne sait plus qui elle est. Ce qui va la sauver : pouvoir enfin être entendue dans l’intransigeance de sa quête de vérité, dans sa quête d’absolu.

Pour mettre en appétit (extrait du livre) :

« Je me concentre sur les légumes à éplucher. Maman va peut-être mourir. Je ne sens rien. Sinon que je suis dure. Plus rien désormais ne peut me toucher. Je ne me sens nullement affectée par ce qui risque d’arriver. Ça me laisse un peu étonnée. Éberluée. Maman va peut-être mourir. Depuis que le médecin a prononcé ces paroles, sur un ton grave et la mine attristée,  je ne cesse de me les répéter comme pour bien m’en pénétrer. Mais rien à faire : ça m’est égal. Je n’arrive pas à ressentir quelque douleur que ce soit, ni même de la tristesse. […]

Derrière ce mur d’insensibilité, s’ouvre un grand vide, que j’ose à peine regarder. Je suis ce vide. Un gouffre vertigineux. Un abîme dans lequel je risque de m’enfouir. Un précipice dangereux. Et puis soudain, me voici soulevée par une lame de fond qui déroule en moi toute sa violence. Qui me submerge. Qui me fait agir sans que je puisse rien contrôler. Je ne sais plus ce que je fais. Je me retrouve comme une bête, en train de bâfrer, directement avec mes doigts, tout ce qui me tombe sous la main:  le cuit, le cru, le chaud, le froid, tout mélangé. Je ne prends même pas le temps de mastiquer. L’important, c’est d’avaler, gloutonnement… »

Christiane Barlow, Le chemin de la source, roman, 2007, Ed. Paroles du temps (240 p. broché) *

Deux jeunes gens, pour des raisons bien différentes, viennent de quitter chacun leur couvent et se retrouvent tels qu’ils s’étaient connus jadis, pendant leurs études à l’université. Ensemble, ils reprennent contact avec la source vitale de leur être. Ils s’apprivoisent, apprennent à s’écouter – notamment à travers leur passion commune de la musique, qu’ils partagent avec un grand-père qui est pour eux un point d’ancrage. Ils découvrent aussi leur sexualité, timidement d’abord, puis de manière fougueuse et passionnée...

 Ensemble, ils évoluent depuis un amour de Dieu trop désincarné – celui qu’ils ont tenté de vivre dans la solitude monastique – jusqu’à un amour de Dieu plus incarné dans l’humain, dans cette union des cœurs  qui se rencontrent au plus intime de la chair partagée.

Pour mettre en appétit(extrait du livre):

(Très épris de Violette, François, le héros du roman, a entrepris de fabriquer un violoncelle, sous la direction d’un luthier et de l’offrir à celle qu’il aime.)

"Ce corps du violoncelle, c’est celui de Violette que j’ai tellement envie de sculpter de mes mains amoureuses ! La finesse des copeaux de soie, ce sont comme des nuages de tendresse soulevés par la caresse qui, inlassablement, viendrait effleurer la peau de ma bien-aimée, jusqu’à en faire surgir la musique dans une poussière dorée. Ces hanches du violoncelle, ce sont celles de Violette, bien dessinées, larges et voluptueuses : elles ne demandent qu’à s’emplir de la vie tumultueuse d’une jouissance partagée ! 

"Revoyant en pensée ce violoncelle qu’il voudrait façonner, il anticipe sous ses doigts les courbes veloutées de la tête et du cou, avec ses clefs à tourner comme des oreilles sur lesquelles s’acharner, jusqu’à ce qu’elles demandent grâce sous l’intensité de la pression exercée sur les cordes à l’acmé de leur tension, tout comme avant le cri suprême dans l’amour."


Le livre est à commander à  Paroles du temps 14 Impasse Cumin 69005 LYON

Christiane Barlow, Le chant du désir, récit(230 p.) 1er édition: Editions Aux Arts, Lyon, 1997. (10€ franco)*

chantdudesir-3.png

Ce récit – inspiré d’une psychothérapie, avec le consentement de l’intéressée – exprime le cheminement d’une petite fille, dans l’éclosion de sa voix et l’avènement de sa parole, depuis les premiers jours de sa vie jusqu’à son adolescence. À travers les cris de sa vie en souffrance, c’est le chant du Désir que module Élodie –ce Désir qui, plus fort que la mort, anime tout être humain et le fait se relever, quelles que soient les difficultés auxquelles il se trouve confronté.

Pour mettre en appétit(extrait du livre):

[L’héroïne du récit, encore bébé, découvre le pouvoir de sa voix...]

"Le jour commence à poindre. Voici que je m’éveille à nouveau et réintègre ce corps attendrissant de bébé couché sur le dos, bien enroulé dans ses brassières, raidi par la froide humidité du pipi qui a coulé... Je me sens transpercée. Ça y est, je vais encore crier ! Je perçois très bien, maintenant, les bruits alentour, et suis capable de distinguer ma voix parmi toutes celles qui gravitent autour de moi. Non seulement de par le plaisir inouï que j’éprouve lorsque les sons passent en vibrant au travers de ma gorge : c’est comme s’ils massaient tout l’intérieur de mon corps. Mais aussi de par ce timbre un tantinet nasillard qui est le mien. Au début, ces cris coulaient de moi à mon insu. Ils ameutaient mon entourage, qui parfois s’empressait de me serrer dans ses bras –plus au moins confortables selon les cas. Il est arrivé, aussi, que mon ramage en déclenche un autre beaucoup moins harmonieux que le mien. [...] Des sons graves qui peuvent être caressants, mais qui, pour l’heure, sont tonitruants et peu aimables à mon égard. J’ai tôt fait de comprendre que tous ces rugissements ont pour but de faire taire les miens. Mais ils m’effraient tellement que je braille encore plus fort et je sens une grande détresse m’ébranler de la tête aux pieds. J’ai froid. J’ai peur. Je hurle, et rien ne pourra me faire cesser tant que je ne serai pas réconfortée."

 


* Le livre réédité à Paroles du temps est à commander directement auprès de Christiane Barlow 14 Impasse Cumin 69005 LYON.

 


Christiane Barlow, Le chat et le divan récit(192 p.) 1er édition: Editions Aux Arts, Lyon, 1997. (10€ franco) 1e

chatetdivan.png

Christiane Barlow, psychothérapeute analyste depuis de longues années, raconte avec beaucoup de sensibilité et d’humour les faits et gestes de son collaborateur à quatre pattes, en se gardant juqu’au dernier chapître de toute explication ou interprétation théorique. Comme dans le cabinet de consultation, la chatte Julie ne peut s’empêcher d’intervenir au fil du récit, nous faisant bénéficier comme les patients de sa maîtresse, de savoureux monologues qui ne constituent pas les pages les moins attachantes de ce témoignage.

Pour mettre en appétit(extrait du livre):

"J’ai été très émue, bonne maîtresse, à la lecture du récit de mon adoption. C’est vrai, j’ai eu une petite enfance malheureuse: mal aimée, battue, crevant de faim et de froid, j’ai dû me démener comme une forcenée pour tenter de survivre. Mon amour de la vie fut le plus fort. Je m’échappai un jour, et pus reprendre mon souffle à la S.P.A. J’y étais depuis peu lorsque tu es arrivée. D’emblée, quand tu es entrée, j’ai perçu en toi une amie. Mais j’étais si laide et si frêle, allais-tu me regarder ? Tu es tombée en arrêt devant moi. Je me suis faite la plus simple possible pour parler à ton cœur. Tu m’as entendue. Tu m’as élue. Tu ne l’as pas regretté, moi non plus.

"Tu as pris le temps de m’apprivoiser. Ne t’étonne pas de me voir ainsi attachée à tes pas : j’ai besoin de toi comme tu as besoin de moi. C’est parce que le lien qui nous unit passe par l’intimité de ton corps et du mien, que je puis travailler avec toi auprès de tes patients. J’ai appris, en me lovant aux creux de ta poitrine, tout près de ton cœur, à reconnaître dans ses battements le rythme de la joie, de la douleur, de l’amour ou de la peur. Je devine tes humeurs et tes pensées mieux que tu ne les connais toi-même. Je ne crains pas de dire que je suis parfois porteuse de ce que tu appelles ton inconscient."

 


* Une nouvelle édition du livre vient de paraître chez Mon Petit éditeur consulter le site monpetitediteur.com.

Christiane Barlow, en collaboration avec Michel Barlow, Le couple chemin vers Dieu récit(220 p.) 1er édition: éditions Desclée de Brouwer, Paris, 1995. Réédition: Paroles du Temps 2007. *(10€ franco).

lecouplecheminversdieu.png

«Un couple marié (depuis plus d’un tiers de siècle !) témoigne avec enthousiasme et souvent avec humour de ce qui fait son bonheur au quotidien. En méditant leur périple, sous le regard de Dieu, les auteurs montrent comment la rencontre des «Deux-qui-s’aiment», leur fidélité au fil des ans, l’expression charnelle de leur amour, mais aussi le «oui» échangé à la mairie et la célébration du sacrement peuvent être autant de paraboles vécues du Dieu d’Amour.»

 

                                                              + Henri Bourgeois, théogien

 


Pour mettre en appétit(extrait du livre):

Un couple n’a pas une histoire, il est une histoire

«L’expression est à prendre au pied de la lettre et mérite d’être méditée comme telle : un couple est une histoire. La formule n’est pas une image poétique, une de ces phrases-bulles de savon, qui ont belle apparence, mais se désagrègent dès qu’on les examine de trop près. Comme un couple, du reste, un humain est une histoire et non pas a une histoire, de même qu’il est et non pas qu’il a un corps.

L’homme n’est pas dans son corps comme un locataire plus ou moins satisfait du confort et de l’esthétique de son installation et qui, de toute façon, se sait appelé à changer d’adresse après la mort ! En fait, l’homme est son corps. Celui-ci fait partie de lui-même, et nous ressusciterons corporels, affirme le Credo. L’expérience de l’amour humain, tout à fois charnel et spirituel, pourrait nous préparer à cet acte de foi, car c’est indissociablement le corps etl’âme de son conjoint que l’on aime.

De même, un humain (et plus encore un couple) n’a pas seulement une histoire (il lui est arrivé ceci, et puis cela) ; il est ce que le passé a fait de lui. Ou plus exactement : pour tout ce qui dépend de lui, il a forgé son passé, et pour tout le reste, il a été forgé par son vécu.»

 


* Le livre réédité à Paroles du temps est à commander directement auprès de Christiane Barlow 14 Impasse Cimin 69005 LYON.

Commentaires (2)

1. clavaud monique 17/01/2012

émotions frémissantes. Fusions, une femme violoncelle, un chat "das", inconscient. Une écriture alliant la souplesse et la fermeté. Un beau voyage dans l'ême

2. monique clavaud 17/01/2012

très émouvant, cette fusion entre les arts, entre les corps, les âmes. Une femme violoncelle. Un petit chat qui est un un "das" un inconscient. Emotions certes, cependant maîtrisées par l'écriture frémissante mais sûre.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site